Ecole de Rugby du canigou
Résultats Ecole de Rugby du Canigou

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 >>

LES PREMIERS- PAS , LES POUSSINS ET LES BENJAMINS AU CHALLENGE AUTHIER A PRADES ET A VINCA (les photos sont dans l'album)
Samedi 17 Janvier 2015

Compte rendu à suivre




CADETS U16 :CHAMPIONNAT TEULIERE - CANIGOU contre MOULIN A VENT / POLLESTRES à PRADES (66)
Samedi 17 Janvier 2015

« Quand les crapauds chantent, le beau temps s'avance »


Pour le premier match de la phase retour, les Cadets du Canigou reçoivent ce samedi 17 janvier 2015, l’entente du MOULIN à VENT / POLLESTRES, au stade municipal de Prades.
Les Perpignanais lanternes rouges de la poule, mais mathématiquement toujours en course pour une place de quatrièmes, synonyme de qualification pour le 1/8 des phases finales du Languedoc-Roussillon, se déplacent dans l'optique de ramener un bon résultat.
La prudence est donc de mise chez les locaux, surtout après l’accroc du week-end dernier en terre Audoise.

Pour préparer ce match de façon encore plus « sereine », nous avons dut faire face en début de semaine à l’indisponibilité de Matthieu PARENT, aux incertitudes concernant Lucas BOUSIGUES Mathias COULET, Lorenzo ALESSO, Téo CAPARROS et Simon VERGES. A cette liste s'ajoute la liste des indisponibles de longue date. (BEDRIGNAN, ELIAS, MESSEGUER, PRATVEIL, PUY. C’est un effectif de seulement 15 joueurs qui participe à l’entraînement programmé  mercredi.
Le plan « Marshall » est déclenché dés la fin de l'entraînement.
C'est ainsi, qu’à l'issue de grandes manœuvres mises en place par le staff (différentes actions,  mesures, négociations et surprises…), c’est un groupe de 22 joueurs qui sera réunit en ce samedi matin au pied du Canigou pour la traditionnelle mise en place matinale au stade Clément PADRIXE de PRADES et un repas pris en commun au siège de l’ERC.
A noter le retour de blessure de Téo CAPARROS et celui de Simon VERGES laissé à notre disposition par le groupe de l'USAP. Merci à eux.
Ce week-end semblait définitivement maudit lorsque nous apprenions que les transports départementaux modifiaient leurs horaires ne permettant pas à l'ensemble du groupe d'être rassemblé à l’heure convenue…
La préparation matinale est donc écourtée d'une demi heure. Après un réveil musculaire et une approche «technico tactique» du rugby, la priorité est donnée à l’exigence individuelle au service d’un collectif et sa résultante mentale visant à atteindre l’excellence......
En fonctions de notre effectif, le staff procède alors à quelques ajustements et redistribution de rôles.
Le capitanat est confié à Maxime BROUSSE qui glisse en N° 8. Cela permet de mettre Guillem MONTAGNE à l’ouverture et au numéro 9 catalan Lucas BANTOURE de se concentrer pleinement sur son rôle de meneur / animateur de jeu et buteur.

L’équipe mise en place par le staff est la suivante : 

POUJOLS  - BEKEIRA Yazid – YACONO
DIMIER -   SOLERE
GRIEU/DRAPIER –BROUSSE (Cap.) - TEIXIDOR
BANTOURE (m) – MONTAGNE (o)
CAPARROS – NADAL – VERGES – RIU
LORY

 «Remplaçants» : COULET -  BEKEIRA Yacin – GARRIGUE – BOUSIGUES – ALESSO -

SZARVAS

Dans ce contexte, à 14h30 et sous un temps printanier, le jeune arbitre du Pays Catalan, Monsieur CONDERET siffle le début de la rencontre.
Devant leur public, les hommes du Canigou, face au soleil, donnent le coup d’envoi.
On sent tout de suite l’envie des nôtres. Le premier placage de Maxime YACONO, est déterminant et symbolique.
Le premier quart d’heure est bien catalan, mais seulement les catalans de la montagne.
Les visiteurs ne peuvent rien face à l’emprise du jeu des Conflentois si ce n'est de se mettre à la faute.
Sur une de ses tentatives, le numéro 9 et buteur du Canigou manque la cible mais une faute de main adverse permet à l'opportuniste Dylan POUJOLS d'aplatir en terre promise. L’essai est accordé par l’arbitre et transformé par le buteur catalan. (CANIGOU 7 – MVT/POLLESTRES 0)
Les 15 minutes qui suivent sont toujours à l’avantage des bleus et blancs qui font montre de puissance et de maîtrise en conquête. Malheureusement, l’alternance et la transformation des formes de jeu ne sont pas idéales et cette domination ne se traduit pas au tableau d'affichage électronique (Merci à la JOPCC de nous permettre de disposer de ce matériel qui fait la joie des spectateurs). Le fait d’insister et de ne pas déplacer les zones de combats facilite le travail de la défense adverse
Il faut attendre la 20ème minute pour voir le buteur Perpignanais réduire le score sur pénalité.  (CANIGOU 7 – MVT/POLLESTRES 3).
Le buteur du Canigou réplique et passe une nouvelle pénalité. (CANIGOU 10 – MVT/POLLESTRES 3).
Les visiteurs sont encore sanctionnés, et sur une de ces pénalités vite jouées par le numéro 10 du Canigou et après plusieurs « pilonnages », c’est le deuxième ligne Benjamin DIMIER qui s’écroule dans l'en-but. (CANIGOU 15 – MVT/POLLESTRES 3).
L’essai est transformé par le numéro 9 des bleus et blancs. (CANIGOU 18 – MVT/POLLESTRES 3).

C'est le score à la mi-temps.

La pause « citron » terminée, les Perpignanais donnent le coup d’envoi.
L’entame de seconde mi-temps est à l’identique de la première.
Le coup de pied est « proprement » réceptionné et contrôlé par les avants qui mettent d’emblée la marche avant.
La pression n’est pas au bar mais sur tous les points d’impacts. Un ballon est relâché par nos adversaires. Le centre Dimitri NADAL s'en saisit, « met les cannes » et va inscrire le troisième essai des locaux. (CANIGOU 23 – MVT/POLLESTRES 3).
L’essai sera transformé.(CANIGOU 25 – MVT/POLLESTRES 3).
Le « break » est fait et le point de bonus « offensif » acquis.
Il n’y a qu’une seule équipe sur le terrain. Nos adversaires du jour sont éteints. Leurs velléités sont restées à Perpignan…ou dans les vestiaires !! C’est dommage car il y a des jeunes intéressants et du potentiel.
Les hommes du Canigou ne relâchent pas leur étreinte et sur une énième attaque, le centre Dimitri NADAL, en bout de ligne vient pointer son second essai personnel entre les « perches », que le buteur s’empressera de transformer (CANIGOU 32 – MVT/POLLESTRES 3).
Nous sommes, à la 55 minute, les coaches vont opérer plusieurs changements, faire tourner     l’effectif. Il s’en suit un moment de désorganisation qui va permettre, sur un exploit individuel du numéro 8 adverse, après plusieurs placages manqués, de réduire le score. (CANIGOU 32 – MVT/POLLESTRES 8).
L’essai sera transformé.(CANIGOU 32 – MVT/POLLESTRES 10).
Le jeu reprend et sur une action anodine, le numéro 5 visiteur, reste au sol. Se plaignant des cervicales et en application du principe de précaution, il est fait appel aux services de secours qui prennent en charge le blessé qui sort du terrain sur civière et sous les applaudissements des spectateurs et des joueurs des deux équipes.
Après ce long arrêt de jeu et un nouvel échauffement, le référé fait reprendre le match et annonce qu’il reste 6 minutes dans le temps réglementaire. Il n’en faut pas moins pour que sur un énième « rush » des avants du Canigou, le pilier Dylan POUJOLS inscrive son deuxième essai. (CANIGOU 37 – MVT/POLLESTRES 10).
L’essai n'est pas transformé.
Les dernières minutes de la rencontre sont toujours à l’avantage des locaux mais par maladresse ne concrétisent pas leur domination.
L'arbitre siffle la fin du match sur ce score, sans appel de 37 à 10 pour les locaux.

Quoi dire ? Que faire ?

Baden-Powell, militaire Britannique et fondateur des Scouts a dit :
« Rester immobile ne sert à rien. Il faut choisir entre progresser ou régresser. Allons donc de l’avant et le sourire aux lèvres. » Nous avons choisi de progresser.

Cette rencontre est une grosse satisfaction.
Elle a accouché d'une production propre de l’ensemble du groupe, avec une mention spéciale à Maxime YACONO et Dylan POUJOLS ( Non, non Dylan et Maxime n'ont pas eu d'enfants !!!!. Ce n'est que la rencontre qui a accouché... )
La marge de progression est grande, il faut pour cela être encore plus efficaces dans nos moments forts, améliorer l’alternance, les lancements, la liaison avants/trois-quarts, le jeu au pied, etc….
Il faut marquer pour « tuer » le match.
La charnière « innovante » a su réguler, alterner et animer le jeu.

Lucas BANTOURE a pu se consacrer entièrement à son rôle. Quant à Guillem MONTAGNE, il a été sobre, à l’écoute et la hauteur de nos attentes pour cet intérim.
Nos trois-quarts, également, ont réalisé une belle prestation tant en attaque qu'en défense face à une équipe qui nous a mis beaucoup de pression. Ils ont valorisé et concrétisé le travail des avants.
Le retour des blessés va dynamiser le groupe, créer de la concurrence, élever encore le niveau d’exigence et de compétitivité de chacun.

Comme nous le soufflait tout récemment et à juste titre un jeune sage « codalétois » qui souhaite humblement garder l'anonymat mais donc on peut dire qu'il jouerait à l'ouverture et souffrirait actuellement d'un arrachement osseux, «  le joueur qui tombe et qui se relève est bien plus fort que celui qui ne tombe jamais »

D'un point de vue purement comptable, cette victoire bonifiée nous permet de rester de consolider notre première place au classement de la poule 2.

Le tableau de marche est respecté, mais rien, n’est acquis….
Pour le reste, le négatif, et ce qu’il faut « bosser », on en fera notre affaire. (On ne peut tout dévoiler, n’est-ce pas Sylvia…..)

Le staff vous félicite également pour votre comportement, votre agressivité saine et maîtrisée.
Cette attitude correspond avec ce que l'encadrement prône depuis le début de la saison et qui se traduit sur le plan disciplinaire par zéro carton rouge et deux ou trois cartons jaunes.

Au rayon des gratifications, il convient d'y associer M. l’arbitre et le délégué de la rencontre pour leur compétence et leur pédagogie. .

Le week-end prochain sera consacré à un stage en Cerdagne-Capcir, mélange subtil de détente et de …...chuuuut.


Ce qui est sur, c'est que l'on va encore se retrouver et çà, ça fait du bien …
Rendez-vous mercredi à 14h à Vernet les bains.

Le STAFF

Les photos dans l'album.




CADETS U16 :CHAMPIONNAT TEULIERE - CLASSEMENT FFR
Vendredi 16 Janvier 2015




CADETS U16 :CHAMPIONNAT TEULIERE - QUILLAN-LIMOUX / CANIGOU à COUIZA (11)
Dimanche 11 Janvier 2015

Une cuisine sans ingrédients ! Vive la diète…. Celle-là, nous fera du bien....

Pour le dernier match de la phase aller, les Pradéens se déplacent ce samedi 10 janvier 2015, chez leur dauphin, l’équipe de Quillan-Limoux-Haute vallée, au stade municipal de COUIZA (11).
Les audois, seconds de poule à 5 longueurs, mais victorieux le week-end dernier chez nos amis du Moulin à Vent (12 à 8), veulent confirmer et tomber le leader de la poule.

Comme de coutume, le groupe se retrouve, ce samedi à 9h30, pour la traditionnelle mise en place matinale au stade Clément PADRIXE de PRADES et un repas pris en commun au siège de l’ERC.

C'est un groupe de 20 joueurs et le staff qui  prennent la route en bus, sur le coup de 11h30 pour deux heures de trajet, direction la « belle vallée audoise »
Il convient de noter les absences des blessés de longue date  (ELIAS, BREDIGNAN, CAPAROS, PRATVEIL ) auxquelles il convient d'ajouter celles de Clément PUY (victime samedi dernier d’une entorse acromio-claviculaire et qui sera éloigné des terrains au minimum 3 semaines), d'Erwan PREVOST, grippé et de Simon VERGES retenu avec le groupe de l’USAP.

L’équipe mise en place par le staff est la suivante : 

POUJOLS  - COULET  – YACONO
  TEIXIDOR – DIMIER
GRIEU/DRAPIER – MONTAGNE – BROUSSE
        BANTOURE (m- Cap.) – PARENT (o)

SZARVAS – NADAL –RIU – ALESSO
LORY

 «Remplaçants» : BEKEIRA Yazhid -  BEKEIRA Yacin – GARRIGUE – BOUSIGUE - SOLERE

A 14h30,  Monsieur ALONSO, l’arbitre du Languedoc siffle le début de la rencontre.
Sous un temps printanier, et devant une belle chambrée, nos joueurs reçoivent l’engagement car ayant gagné le« toss », nous avions fait le choix de jouer avec léger vent contraire.
Une « belle » réception du ballon, propre semble donner le tempo du match, car il avait été demandé de produire du jeu, de prendre du plaisir, face aux locaux plus lourds et moins mobiles.
Pourtant, dans ce premier quart d'heure, les belles promesses s'envolent dans le vent audois. Les consignes ne sont encore une fois pas respectées, on ne sait pourquoi ...

Peut-être la peur de mal faire ou de se faire mal, un manque d’envie, de leader….des questions sans réponses auxquelles il va falloir vite répondre.
Il faut prendre conscience de nos forces, de nos certitudes même à l’extérieur. C'est souvent le mental qui fait la différence entre deux équipes ! C’est même une certitude..

Face à une équipe qui avait plus de pression que nous et qui rate aussi son entame, le premier quart heure se solde  par un score de parité. (QUILLAN 3 - CANIGOU 3).
Il faut attendre la 27 minutes pour voir l’excellent centre de Quillan sur un changement de course traverser la défense trop statique des catalans et pointer en dame.
L’essai n'est pas transformé. (QUILLAN 10 - CANIGOU 3).

Malgré les rappels lors des temps morts et les consignes des entraîneurs, nos joueurs sont paralysés, tétanisés….et ne trouvent pas de solutions.
La mi-temps est sifflée sur ce score de 10 à 3 en faveur des locaux.

Après la « pause citrons », les entraîneurs repositionnent certains joueurs et font rentrer des joueurs frais.
Sur l’engagement, nous sommes mieux en place, nous mettons la pression et occupons le camp adverse.
Ce premier temps fort est concrétisé par le numéro 10 catalan, qui transforme une pénalité à la 37ème minute !!!! (QUILLAN 10 - CANIGOU 6).

On revient dans le match mais malheureusement, sept minutes plus tard, sur une nouvelle attaque de nos joueurs qui paraissent un peu plus libérés, nous subissons la pression défensive adverse et la contre attaque des locaux amène un essai imparable en bout de ligne. Il n'est pas transformé. (QUILLAN 15 - CANIGOU 6).
La réaction catalane tant attendue arrive enfin. Enfin conscients, qu'ils sont en train de passer à côté du match, nos joueurs mettent en place le jeu de mouvement qui fait notre force depuis le début de la saison pour le plus grand plaisir de l'ensemble des spectateurs mais aussi et surtout du public catalan qui a fait le déplacement.
C'est ainsi que sur un énième temps de jeu, le centre du Canigou va inscrire un essai qui ne sera pas transformé.(QUILLAN 17 - CANIGOU 11).
On sent les locaux douter, à la limite de la rupture. Les hommes du Canigou ont enfin retrouvé de l'allant et continuent à pousser.
L’arbitre pénalise les joueurs de l’entente Quillan-Limoux d'un carton blanc pour fautes répétées, mais le buteur pradéen rate  deux coups de pied lointains..... dommage !
A la 62 ième minutes, il passe tout de même une pénalité ! (QUILLAN 17 - CANIGOU 14).
Sur le coup d’envoi, le numéro 4 local, sur un placage un peu appuyé se fait pénaliser et conteste un peu véhément….L’arbitre voit rouge et l’expulse.

Cela va être le tournant du match.

Le référé conscient de sa prise de décision un peu « stricte » et aidé par un public toujours aussi passionné (…) va complètement perdre le contrôle du match dans les 10 dernières minutes.
C'est ainsi que pendant 5 minutes, il nous pénalise au minimum 8 fois souvent de façon incompréhensible.

Un pénalité transformée à la 66 ième minutes, permet aux Audois de prendre un peu d’air au tableau d’affichage. (QUILLAN 20 - CANIGOU 14).
Mais le coup est encore jouable. Les entraîneurs catalans demandent aux joueurs de tout tenter, de tout jouer.
Les esprits s’échauffent ( A qui la faute ? Nous vous en laissons juges…) et une petite altercation « rugbystique » va clore ce débat passionné. Deux « biscottes » sont distribuées de part et d’autre.
Il reste très peu de temps à jouer. Nous sommes dans les arrêts de jeux et sur une relance des nôtres, on se sépare du ballon au pied mais le cuir atterrit dans les bras du numéro 13 audois, meilleur joueur du match qui s'en va inscrire un nouvel essai qui n'est pas transformé.

(QUILLAN 25 - CANIGOU 14).

L'arbitre siffle la fin du match sur ce score.

Que dire de ce match ? Et bien, que l’on est loin de nos attentes, de nos ambitions surtout avec notre potentiel.
D'un point de vue purement comptable, cette défaite n’est pas préjudiciable (c’est le regret car nous n'avions aucune pression)
Nous restons donc leaders de cette poule avant la phase retour avec un point d'avance sur nos adversaires du jour...

L'écrivain franco canadien Ronald Lavalée disait que : « les défaites nous raménent aux choses essentielles, tandis que les succés ne font que nous en éloigner »

Il va donc falloir saisir l'occasion de faire notre auto critique, nous poser les bonnes questions et revenir à ces fondamentaux qui font notre force, afin de repartir du bon pied.
C'est dans la difficulté que l'on voit si on est des hommes.
C'est dans la difficulté qui faut se souder, se rapprocher des copains, former une équipe, repartir sur des choses simples.....

L'écrivain et philosophe suisse romand, Henri-Frédéric Amiel ne disait-il pas que : « la valeur d'un homme, ce sont ses victoires, et les plus belles victoires sont celles sur soi-même »

Quand une série se termine, une autre commence alors commençons la prochaine série de victoires, dès samedi prochain contre nos voisins Perpignanais…
Nous vous donnons pour cela rendez-vous mercredi à 14h à Vernet les bains.

Pour terminer, et en mémoire des intellectuels, policiers et juifs qui ont perdu la vie cette semaine, veuillez méditer cette réflexion de Voltaire dans son « Traité sur la Tolérance » :
La tolérance n'a jamais excité de guerre civile ; l'intolérance a couvert la terre de carnage.

Le STAFF.




LES MINIMES A ARGELES : UN BON COMPORTEMENT (les photos sont dans l'album )
Samedi 10 Janvier 2015

BELLE VICTOIRE DES  MINIMES A  PAR 36 à 10

INTÉRESSANTE  PRÉPARATION POUR LES MINIMES B FACE A UNE EQUIPE A

A suivre le compte rendu




<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 >>

Ecole de Rugby du Canigou
Conception et copyright : Hermès Concept